Aller au contenu

Le mot du Bourgmestre : budget 2012 en boni !

Budget 2012 : un boni de plus d’un million d’euros

Lors de la séance du Conseil communal du 23 janvier, le Collège des bourgmestre et échevins a présenté le budget de l’année 2012.

Le fond de réserve : précieux pour l’avenir

Les recettes sont établies à quelque 89 000 000 d’euros et les dépenses à 88 000 000. Un bon million d’euros de boni, tel est le résultat de la parfaite maîtrise des finances communales par le Collège. Les résultats des exercices antérieurs ont d’ailleurs permis d’augmenter substantiellement le fonds de réserve ordinaire qui culmine, aujourd’hui, à quelque 6 500 000 euros. Un fonds de réserve qui sera bien utile si la persistance de la crise économique et financière devait conduire à une diminution des recettes, notamment celles en provenance des autorités supérieures, qu’elles soient régionales ou fédérales.

Une fiscalité aux taux les plus bas

Plus que jamais, avec l’ensemble des membres du Collège, je suis bien décidé à maintenir la fiscalité communale, en priorité celle qui concerne les habitants, aux taux les plus bas. Cet engagement, je l’avais pris au début de la mandature communale 2006-2012. Il a été scrupuleusement respecté. Ni les additionnels à l’impôt des personnes physiques, ni les additionnels au précompte immobilier n’ont été modifiés. Ils sont ainsi inchangés depuis plus de 15 ans.

Rares sont les communes en Région bruxelloises qui ont pu tenir un tel pari. Certes, Woluwe-Saint-Lambert bénéficie de recettes stables, voire en croissance, pour certains types d’impôts, par exemple le précompte immobilier. Cette évolution est due, pour une large part, à l’élargissement de la base imposable, c’est-à-dire à l’extension et à la revalorisation du patrimoine privé.

Cette tendance est également constatée dans d’autres communes de la Région bruxelloise. Par contre, même des communes connaissant des revenus par tête d’habitant plus élevés qu’à Woluwe-Saint-Lambert, ne présentent pas une évolution budgétaire aussi favorable que la nôtre.

Une gestion publique bien contrôlée

La vigilance doit être constante pour maîtriser les dépenses. Tous les services communaux ont été invités à mieux contrôler leurs dépenses de fonctionnement. L’important programme d’économie d’énergie dans les bâtiments communaux a permis de diminuer le coût des factures énergétiques. La gestion des ressources humaines, par une plus grande mobilité interne à l’administration, a permis de répondre à des besoins nouveaux (mobilité, stationnement, développement durable, gestion du patrimoine, etc).

Le travail de modernisation de l’administration est constant. Même si les citoyens reconnaissent généralement la qualité des services assumés par l’ensemble du personnel communal, ces performances doivent être sans cesse évaluées et affinées pour que l’administration réponde de manière toujours précise et dans les meilleurs délais aux attentes des citoyens.

Seule la gestion dynamique d’une collective humaine aussi importante que notre administration communale permet d’atteindre les résultats que nous nous fixons sur le plan budgétaire.

Votre bourgmestre,

Olivier Maingain

Partager cet article