Aller au contenu

Survol de Bruxelles : continuer le combat

Après Jacqueline Galant, le ciel bruxellois se dégagera-t-il ?

Ainsi, Madame Galant aura dû supporter les conséquences politiques de ses mensonges à répétition. Rarement dans l’histoire politique récente de notre pays, un ministre se sera à ce point illustré par une incompétence de plus en plus évidente, doublée d’une mauvaise foi sans pareille.

N’en soyons pas plus sévères car, en définitive, la vraie responsabilité de cet échec cuisant incombe au Premier ministre lui-même, Charles Michel, qui a surprotégé celle dont il connaissait toutes les limites.

Après cet orage politique, notre ciel bruxellois en sera-t-il pour autant dégagé ?

Rien n’est moins sûr, tant le gouvernement De Wever/Michel n’a jamais osé une nouvelle politique aéroportuaire pour notre pays.

Evidemment l’influence démesurée de la NVA au sein de cette majorité gouvernementale empêche toute réflexion sur l’avenir de l’aéroport de Bruxelles-National. Et pourtant, les tragiques événements récents qui ont conduit à l’arrêt momentané des activités de l’aéroport permettent de faire quelques constats. Ne faut-il d’ailleurs pas regretter que dans ce pays, les gouvernants ne prennent la mesure des choix essentiels qu’en raison de circonstances pénibles ? Faudra-t-il un jour connaître un accident aérien pour qu’un gouvernement accepte enfin l’évidence ? Un aéroport, proche d’un centre urbain, ne peut pas connaître un développement débridé qui expose la sécurité de plus d’un million d’habitants.

Une charte fédératrice, pour un combat uni

Grâce à la volonté de sa majorité, notre commune a créé une force d’entrainement qui fédère les comités de quartiers et les citoyens qui ne peuvent plus supporter les nuisances dues à un survol abusif de zones densément peuplées.

Les comités de quartier de Woluwe-Saint-Lambert ont obtenu un plus large soutien encore auprès de l’ensemble du réseau associatif de la Région bruxelloise. La charte fédératrice, très directement inspirée de celle proposée par le collège de notre commune, est un document de référence qui mérite d’être consulté.
texte de la charte  » survol »
Les représentants de ces comités ont eu l’occasion de remettre la charte au nouveau ministre de la mobilité. Elle rappelle un impératif qui tient à une exigence de calendrier.

L’urgence d’agir

En effet, en ce début de juin, un nouveau règlement européen limitera les possibilités de restriction d’exploitation et donc de modification des horaires d’activité d’un aéroport en Europe. Si, avant la date d’entrée en vigueur de ce règlement, soit le 13 juin prochain, le gouvernement fédéral n’a pas pris une décision essentielle visant à l’interdiction de tout survol nocturne de l’aéroport de Bruxelles-National entre 22h et 7h, il sera moins aisé d’atteindre cet objectif par la suite.

Le gouvernement doit aussi veiller avant cette date à limiter drastiquement l’usage des avions les plus bruyants. Nous ne cachons pas notre scepticisme quant à la volonté politique du nouveau ministre de la mobilité d’imposer des choix aussi évidents alors que de telles mesures sont en vigueur dans un certain nombre d’aéroports européens proches d’un centre urbain. Si le nouveau ministre, devait rester, comme Jacqueline Galant, indifférent aux demandes raisonnables et mesurées des forces vives bruxelloises, il nous restera à entamer d’autres actions.

Nous tenons également à rappeler que la conférence des bourgmestres, tous partis confondus, a rejoint l’essentiel des revendications que notre commune exprime depuis si longtemps.

Imposer fermement l’application de l’arrêté « Gosuin »

D’ores et déjà, le gouvernement bruxellois a décidé d’appliquer avec encore plus de rigueur l’arrêté dit Gosuin, cet arrêté qui impose des contraintes financières aux compagnies aériennes dont les appareils dépassent les normes de bruit autorisées par l’arrêté. Le nouveau gouvernement régional a mis fin à la pratique contestable de la ministre écolo, Madame Huytebroek, qui, par une complaisance inexpliquée, accordait en fait des dérogations au dit arrêté. Ecolo a souvent de ces faiblesses qui témoignent d’un manque de rigueur malgré des discours très musclés…

D’ailleurs, le nombre de constats d’infraction à l’arrêté a sensiblement augmenté, notamment pour la période de nuit et singulièrement entre 6h et 7h du matin. Jacqueline Galant aurait voulu obtenir sa révision.

Nous déconseillons vivement à son successeur de s’engager sur la même voie périlleuse. Il nous restera également l’arme des retours en justice. Nos avocats y travaillent et nous veillons à une étroite concertation avec les autres communes concernées et le gouvernement régional.

Evidemment, toute action ne doit être intentée que s’il y a une forte probabilité de succès devant les tribunaux. C’est sans doute une question de patience même si nous connaissons l’urgence qu’impose l’entrée en vigueur du règlement européen dont question au début de cet article.

C’est dire que notre vigilance et notre volonté d’être aux côtés des habitants ne seront pas prises en défaut. Que du contraire. Comme le plan Wathelet a été lourdement sanctionné électoralement, l’absence de courage du MR dans le dossier du survol aérien de Bruxelles pourrait lui valoir quelques déconvenues électorales.

  • Les mandataires de la Liste du Bourgmestre
    Olivier Maingain (Défi), Eric Bott (Défi), Isabelle Molenberg (Défi), Michèle Nahum (Indépendance Libérale), Jacqueline Destrée-Laurent (Indépendance libérale), Gregory Matgen (Indépendant), Xavier Liénart (Indépendant), Philippe Jaquemyns (Défi), Fabienne Henry (Défi), Georges Désir (Défi), Daniel Frankignoul (Défi), Pierre-Alexandre de Maere d’Aertrycke (Indépendant), Francine Bette (Indépendante), Françoise Charue (Défi), Delphine De Valkeneer (Défi), Aurélie Melard (Défi), Anne Drion du Chapois (Défi), Ariane Calmeyn (Indépendance Libérale), Jean-Jacques Vandevelde (Indépendance Libérale), Quentin Deville (Indépendance Libérale), Sonia Begyn (Indépendance Libérale) , Patrick Allaer (Défi), Philippe Dereppe (Défi).
Partager cet article