Aller au contenu

Budget 2016 en boni !

Le collège de Woluwe-Saint-Lambert présente au conseil communal le budget ordinaire 2016 avec un boni de 2.686.480 euros

Lors de sa séance du 1er février, le conseil communal sera appelé à débattre du projet de budget 2016 et à l’approuver .

Pas d’augmentation des additionnels depuis 20 ans

Ce projet de budget a été élaboré en maintenant les additionnels à l’impôt des personnes physiques (6 %) et ceux au précompte immobilier (2450) à un taux inchangé depuis 1995, soit 20 ans.
Woluwe-Saint-Lambert reste ainsi, avec Auderghem et Woluwe-Saint-Pierre, une des 3 communes bruxelloises à avoir la plus faible fiscalité sur les revenus des habitants.

Diminution de certaines taxes/ redevances

Aucune nouvelle taxe n’a été établie et les adaptations très limitées de certains montants de redevance ou participation financière tiennent compte, soit d’une indexation qui n’avait plus été appliquée depuis plusieurs années, soit du coût réel de certaines prestations ou fournitures.
Le collège a, par ailleurs, maintenu les réductions importantes accordées sur le montant de certaines taxes ou redevances. Il en est ainsi pour la suppression de toute quote-part communale à la taxe pour la délivrance des cartes d’identité des enfants de moins de 12 ans ou la réduction substantielle (passée de 5 euros à 1,50 euros) de la redevance ou taxe pour délivrance de certains documents administratifs.

Suppléer à l’instabilité créée par le Service Fédéral des Finances

Le budget a été construit avec un boni substantiel afin de prévenir la perte habituelle de recettes à l’impôt des personnes physiques qu’impose unilatéralement et généralement en fin d’année. Gouvernement fédéral qui finance ainsi sa trésorerie au détriment des communes et singulièrement des communes bruxelloises.
En effet, le collège a dû constater que, ces dernières années, le SPF Finances amputait systématiquement sa prévision de recettes à l’IPP en fin d’année et diminuait le rendement de l’IPP, de manière injustifiée, pour un montant de 2 millions, en moyenne par année.

En 2015, le SPF Finances a été plus loin en diminuant ce rendement de l’IPP de près de 30 %, soit quelque 4 millions. Le collège dénonce cette pratique anarchique du SPF Finances qui crée une instabilité dans la gestion financière des communes bruxelloises et wallonnes, alors que la plupart des communes flamandes semble échapper à ces variations inexpliquées du rendement de l’impôt des personnes physiques ou du précompte immobilier.

Maitriser les dépenses

Grâce à un travail de contrôle budgétaire très strict, le collège a veillé à maîtriser les dépenses de personnel qui restent globalement stables et à réduire de plus de 6 % les dépenses de fonctionnement.

Grâce à une opération de « rachat de la dette », la dépense de dette (à savoir la charge des emprunts) diminue de plus de 10 %. Cette opération de rachat de la dette a été rendue possible grâce à la vente du réseau de télédistribution puisque quelque 8 millions de la recette de cette vente ont été affectés à cette opération.

Poursuivre les investissements au bénéfice des habitants

Le programme d’investissement 2016 reste ambitieux puisqu’il reprend un montant de dépenses de 17 500 000 euros, avec l’espoir d’obtenir quelque 5 millions d’euros de subsides.

Un relevé des projets les plus importants :

  • Après le projet de reconstruction de l’école Parc Schuman financé en 2015, c’est au tour de l’école La Charmille de bénéficier de ce programme de reconstruction (7 millions d’euros) ;
  • Après le projet de réaménagement de la place Saint-Lambert, financé sur le budget 2015, c’est au tour de l’avenue Albert Dumont de bénéficier d’un programme de rénovation complète de façade à façade (2.100.000 euros) ;
  • Poursuite de la programmation pluriannuelle de rénovation des voiries : 1.775.000 euros avec une attention également particulièrement pour l’avenue Heydenberg ;
  • Lancement des études pour l’extension des écoles Princes Paola et Klim Op : 130.000 euros ;
  • Rénovation complète de la plaine de jeux de l’avenue Marcel Thiry : 60.000 euros ;
  • Le placement de nouvelles caméras de surveillance : 150.000 euros ;
  • Le plan de revitalisation de l’avenue Georges Henri : 360.000 euros, dont la rénovation d’un immeuble acquis par la commune et affecté à du commerce de proximité ;
  • La poursuite des investissements dans les infrastructures sportives (Poséidon et stade communal : 862.000 euros.

Enfin le collège souligne que les investissements menés ces dernières années ont contribué la revalorisation du patrimoine de la commune puisqu’au bilan de la commune, la valeur estimée du patrimoine est passée de 157 millions d’euros en 2006 à près de 182 millions en 2014.

Partager cet article