Aller au contenu

Crise énergétique : que faire des chauffages de terrasse dans l’espace public ?

En cette période de crise énergétique, Woluwe-Saint-Lambert invite les exploitants et particuliers à faire preuve de modération en ne recourant plus aux chauffages de terrasse dans l’espace public.

Le Collège de Woluwe-Saint-Lambert présentera au Conseil communal du 19 septembre prochain une modification du règlement de police sur l’occupation privative du domaine public afin d’interdire dans l’espace public les sources d’énergie visant à chauffer des terrasses ou autres lieux de plein air.

Cette mesure étudiée depuis plusieurs mois sur le plan juridique s’inscrit dans la stratégie mise en place par le Collège en vue de réduire les consommations d’énergie dans l’espace public.

Les dispositifs de chauffage extérieur donnent lieu à une consommation énergétique injustifiée.  

Olivier Maingain


Combien de tonnes de CO2 ?

Ainsi, la consommation énergétique d’une terrasse équipée de cinq braseros allumés 14 heures par jour de mi-novembre à mi-mars dépasse 50 400 kWh par hiver, ce qui correspond à 13,7 tonnes de gaz carbonique émis dans l’atmosphère, soit l’équivalent en termes d’émissions de 120 000 km parcourus par une voiture neuve. Une terrasse équipée de 10 radiateurs électriques consomme, quant à elle, sur la même période l’équivalent de 25 200 kWh.

Outre la consommation excessive d’énergie qu’ils induisent, les chauffages de terrasse émettent des gaz à effet de serre nocifs pour la santé publique.

L’interdiction des chauffages de terrasse dans l’espace public entrera en vigueur le 1er octobre prochain.

Rappelons que depuis 2012, l’installation de dispositifs de chauffage extérieur était déjà interdite dans le périmètre du Règlement communal d’urbanisme zoné pour l’avenue Georges Henri.

Le Collège de Woluwe-Saint-Lambert invite désormais le Gouvernement bruxellois à interdire ce type de dispositif de chauffage extérieur sur tout le territoire de la Région bruxelloise dans le cadre de la réforme du Règlement régional d’urbanisme (RRU).

Partager cet article